Rencontrez-nous
Devis
Contactez-nous

Embarquez pour un voyage solidaire en Afrique du Sud et pratiquez votre anglais tout en vous engageant pour une cause qui vous tient à coeur.

L'Afrique du Sud est un pays fascinant mondialement connu pour ses parcs naturels d’une incroyable beauté où l'on peut observer les fameux “Big 5” : lion, buffle, rhinocéros, éléphant et léopard. La "Nation arc-en-ciel" est aussi un véritable carrefour de langues et de cultures. Tenté par ce pays aux milles facettes ? Découvrez-le de façon différente en choisissant d'y faire un projet de volontariat. Une aventure unique vous attend...

Découvrez ici notre vision du concept de volontariat


Projets sociaux

Retrouvez ci-dessous les questions fréquentes sur ce type de séjour

Au début des programmes, les semaines d'orientation ou de culture sont destinées à vous familiariser avec le pays, la culture locale, les us et coutumes, mais aussi à rencontrer les autres volontaires ! Cela permet en général de mieux comprendre le projet auquel vous allez participer et vous permet d'apprendre quelques mots de vocabulaire local !

Tout dépendra du programme demandé et du contenu de la convention de stage. Nous ne pourrons pas vous garantir la nature des tâches dans le cadre d'un volontariat (sauf volontariat social ou médical si vous êtes étudiant dans ce domaine) ou que vous puissiez être suivi par un maître de stage prêt à rédiger un rapport concernant votre implication.

Le but d'un projet de volontariat n'est pas de progresser en langue. Bien sûr, vous communiquerez en anglais ou espagnol, ce qui vous permettra de développer votre compréhension, vos capacités à communiquer à l'oral, mais il n'y aura personne pour corriger vos erreurs ! Vous acquerrez plus d'aisance orale, mais cela n'améliorera pas votre  écrit.

Il n'y a pas de couvre-feu à proprement parler. Cependant, selon le pays, il pourra y avoir des règles de sécurité à respecter, comme ne pas sortir seul(e), tard le soir ou la nuit... Pour les autres, le bon sens gouverne ! Ne vous couchez pas tard si vous êtes attendu à 7h dans votre projet le lendemain... Respectez les autres volontaires qui souhaiteraient se reposer... 

Si vous prévoyez d'arriver en dehors des jours prévus, pensez à bien nous en faire la demande à l'avance afin que nous puissions voir avec notre partenaire les solutions à vous proposer. Il en va de même pour un transfert tardif. Habituellement (sauf specificité du programme) nous pouvons organiser des transferts entre 8h et 22h.

Vous avez le droit aux allocations chômage lorsque vous êtes en France en recherche active d'emploi. À partir du moment où vous quittez le pays pour aller travailler à l'étranger, faire un stage, prendre des cours de langue ou faire un volontariat vous ne serez plus considéré comme demandeur d'emploi et n'aurez plus droit aux allocations. Il en va de même pour la Sécurité Sociale, cette dernière ne peut vous couvrir qu'en France et en Europe pour un court séjour, pas dans le reste du monde ! Si vous êtes rattaché à plusieurs organismes, nous vous conseillons de bien faire le point sur votre situation avant de partir.

Nous vous conseillons d'adapter vos vêtements à votre destination et au climat. Pensez aussi que dans de de nombreux pays d'Asie ou d'Afrique, vous devrez porter un pantalon ou une jupe descendant au-dessous des genoux, et plutôt un T-shirt, voire un T-shirt à manches longues plutôt qu'un débardeur.

Les moyens de communication sont maintenant développés partout. Pas forcément sur le site du projet, mais dans les villes et villages alentours, vous trouverez souvent des cyber cafés ! 

Tout dépend du pays ! Il est fortement conseillé de vous renseigner sur les températures et les précipitations ! Une saison des pluies en Asie n'est pas forcément rédhibitoire mais il faudra prévoir les vêtements adaptés ! De la même façon, il suffira de bien vous couvrir si vous partez en hiver en Argentine ou dans un pays en altitude comme la Bolivie ou le Népal.

Non, les chambres ne sont pas mixtes. Si elles devaient l'être sur un projet, ce serait indiqué dans le descriptif du logement comme par exemple en volontariat social en Inde dans la région de Kerala.

Le plus pratique est souvent de fonctionner avec une carte de retrait internationale type Visa ou Mastercard, tout en ayant changé un peu d'argent en France afin d'avoir des espèces à l'arrivée. Partout dans le monde, vous aurez accès dans les "grandes villes" à des distributeurs de billets.

Sur la plupart des destinations, les transferts sont inclus à l'arrivée mais pas au retour. Pensez bien à vérifier ce qui est prévu dans la rubrique inclus/non inclus de votre programme. Si le transfert aller est inclus, il y aura quelqu'un  à l'aéroport d'arrivée pour vous conduire jusqu'à votre hébergement. Si le transfert n'est pas inclus au retour, ce qui est souvent le cas, vous devrez retourner à l'aéroport par vos propres moyens. Mais, pas de panique, notre partenaire local pourra vous aiguiller et il y aura probablement d'autres volontaires qui effectueront le même trajet que vous!

Oui, il y a des jours de repos dans chaque projet de volontariat (1 ou 2 en fonction du projet). Pendant votre temps libre, il n'y a pas d'activité organisée, mais vous pouvez en prévoir avec les autres volontaires et même demander conseil à notre partenaire sur place !

Chaque projet comporte des tâches différentes qui seront réparties chaque jour en fonction des besoins sur place, et des envies et compétences de chacun. Dans les projets d'animation avec enfants, les bonnes idées, les suggestions créatives, l'imagination des volontaires eux-mêmes sont les bienvenues ! N'attendez pas toujours que l'on vous donne quelque chose à faire pour vous occuper, prenez des initiatives !

Cette question est souvent posée par les personnes qui souhaitent s’investir dans un projet de volontariat. Le fait de devoir payer pour apporter une aide à ceux qui en ont besoin peut paraître étrange. En voici la raison :

WEP propose des programmes d'initiation au volontariat ou des actions pour lesquelles aucune compétence particulière n'est requise (la motivation principale étant l’envie d’aider l’autre). Il ne faut pas comparer notre organisme avec de grandes ONG. Ces dernières disposent de structures importantes aux quatre coins du monde et ont besoin de professionnels hautement qualifiés sur le terrain afin d'intervenir dans des situations souvent très graves et dans des endroits sensibles. Ces organisations reçoivent des subsides et des dons. Ceux-ci permettent le financement des rémunérations ou des indemnisations de leurs équipes ainsi que leurs frais de fonctionnement.

WEP est totalement autonome et n'est financé par aucun don ni subside. Nous coopérons avec de petites associations locales qui ne bénéficient, elles non plus, d'aucun subside ou don. Ces associations ont besoin d'aide mais elles n'ont pas de moyens  financiers pour subvenir aux besoins de volontaires : logement, repas, transports, formalités administratives, couverture médicale ou tout autre frais de séjour. Alors oui, partir en volontariat avec WEP coûte de l'argent parce que le participant doit financer entièrement son projet. Il part pour aider, découvrir, apprendre et retirer énormément au niveau humain de son partage avec l’autre.

Cela dépend des projets. Sur certaines destinations, vous choisissez le projet qui vous intéresse le plus, à condition que vous ayez le niveau de langue pré-requis. Pour d'autres, vous sélectionnerez dans votre dossier les différents programmes susceptibles de vous intéresser et le placement sera fait en fonction de ces choix mais surtout en fonction des besoins et des disponibilités sur place. 

Dans les projets, vous êtes encadré par nos partenaires locaux. Vous aurez forcément un référent sur place, mais vous ne serez pas encadré en permanence.

Cela va dépendre des projets. Sur certaines destinations vous pourrez être le seul volontaire dans votre projet de l'association locale (par exemple Bénin, Sénégal...). En Asie vous serez en général au minimum 5 et jusqu'à 50 volontaires voire plus (en Thaïlande et Indonésie notamment). Tous les projets sont composés de volontaires internationaux en provenance des 4 coins du monde.

Il n’y a aucune qualification ou formation requise dans le cadre d’un volontariat social. Il s’agit de programmes d’initiation au volontariat. L’objectif est de permettre à des personnes motivées et ouvertes, mais peu familières avec les voyages, de découvrir le monde de l’humanitaire par des projets plus accessibles mais gardant tout leur sens. Les qualités les plus importantes sont pour nous : la motivation, la flexibilité, l’ouverture d’esprit et le désir réel d’aider les autres sans attendre quoique ce soit en retour.

Les vaccins et traitements préventifs varient en fonction de la destination. Il est très important de se renseigner auprès de votre médecin traitant ou de médecins spécialisés en médecine tropicale. Certains sites donnent aussi des renseignements précis à ce sujet (exemple : Institut Pasteur). N’oubliez pas de mettre à jour vos vaccins classiques (ROR, tétanos, hépatite, etc).

L’objectif de l’entretien est de :

  • déterminer les motivations du participant et évaluer sa capacité à s’adapter au projet sur place.
  • évaluer le niveau de langue du participant.
  • répondre aux questions du participant avant le départ.

 

Certains de nos volontaires souhaitent en savoir plus sur le financement des projets proposés. "Pourquoi dois-je payer pour être volontaire ?" est une question que nos participants nous posent régulièrement. Nous avons donc compilé les différentes données venant à la fois de nos bureaux d'envoi et de nos partenaires locaux dans les pays où nous proposons des projets solidaires. Il s'agit ici d'une moyenne. Il peut exister certains écarts  en fonction de la destination, du type de projet et des besoins qui changent constamment. Mais ce graphique vous donne une très bonne idée de la répartition des fonds que vous consacrez à un projet.
 


1. Coûts opérationnels dans le pays d'accueil : 66%
Logement, repas, transferts, transport vers les projets (si applicable), support local, frais de personnel, formation, orientation, matériel pédagogique pour certains projets...

2. Coûts opérationnels dans le pays d'envoi : 21%
Promotion, recrutement, sélection, préparation, frais de personnel et de bureau, suivi, permanence d'urgence...

3. Donation aux projets locaux : 7%
Ces donations peuvent prendre des formes diverses : versement de dons à des associations locales, construction d'infrastructures au profit de la communauté locale...

4. Taxes diverses : 6%
Celles-ci concernent aussi bien le pays d'envoi que le pays d'accueil.

Protection des animaux

Retrouvez ci-dessous les questions fréquentes sur ce type de séjour

La majorité du projet sera basé sur l'observation des animaux, sans contact direct. Vous aurez peut être l'occasion de les approcher et de les toucher mais ce n'est pas garanti.

Tout dépend de la destination, mais on pourrait vous demander de faire de l'observation, de la collecte de données, préparer la nourriture pour les animaux, nettoyer les cages/les enclos, aider à l'entretien des réserves. Mais aussi pour certains projets, faire des visites guidées pour les touristes de passage etc...

Pour choisir un programme de protection des animaux c'est assez simple, il suffit de déterminer les animaux que vous avez envie d'observer, d'aider à protéger. Par contre attention, si vous choisissez des lions pensez bien que si vous devez préprarer de la nourriture pour eux il faudra couper de grande quantités de viande! Ce qui sera peut être moins agréable que de préparer des bambous pour les pandas... Mais pour les pandas il faudra aussi nettoyer les cages et préparer la nourriture. Certaines tâches seront assez répétitives. A vous de voir, à chaque type d'animaux il y a des avantages et des inconvénients. Vous pouvez aussi consulter les conditions climatiques des pays à la période ou vous souhaitez partir avant de vous engager!

Dans des projets de protection des animaux, vous serez entre 5 et 20, le nombre varie selon les projets. 

Dans les projets, vous êtes encadré par nos partenaires locaux. Vous aurez forcément un référent sur place, mais vous ne serez pas encadré en permanence.

Non, nous ne vous demandons pas d'être étudiant vétérinaire ni soigneur animalier, simplement d'avoir un niveau intermédiaire en anglais.

Oui, les hébergements sont sûrs. Cependant nous vous conseillons de ne pas laisser d'objets de valeur : téléphone, appareil photo, passeport, cartes bancaires, etc sans surveillance

Les délais d'inscription de chaque programme sont indiqués dans la rubrique "Conditions de participation". Pour un programme de protection des animaux on demandera en général au jeune d'avoir son dossier complet au moins 1,2 ou 3 mois avant le départ. Attention certains programmes sont complets très longtemps à l'avance (Zambie et Australie par exemple.) Plus vous vous inscrirez tôt, plus vous augmentez vos chances de sécuriser votre place. N.B. : si vous souhaitez partir pendant l'été, il est prudent de s'y prendre beaucoup plus tôt car en haute saison, les places sont très demandées. De plus, il sera plus facile de trouver un vol à un tarif avantageux. Et vous aurez également plus de temps pour préparer votre départ, effectuer vos paiements, faire vos vaccins (si nécéssaire), etc...

Pour chaque projet, le niveau demandé est précisé  dans les conditions de participation. Si le niveau est trop faible, nous ne pourrons pas vous accepter dans le projet, ou nous vous demanderons de commencer votre programme par des cours de langue.

Pour chaque destination, des recommandations différentes. Vous devez aller consulter un médecin avant le départ qui pourra vous conseiller sur les vaccins obligatoires ou non. En attendant, pour vous donner une idée sur votre destination vous pouvez consulter les recommandations par pays de l'institut Pasteur !

Certains de nos volontaires souhaitent en savoir plus sur le financement des projets proposés. "Pourquoi dois-je payer pour être volontaire ?" est une question que nos participants nous posent régulièrement. Nous avons donc compilé les différentes données venant à la fois de nos bureaux d'envoi et de nos partenaires locaux dans les pays où nous proposons des projets solidaires. Il s'agit ici d'une moyenne. Il peut exister certains écarts  en fonction de la destination, du type de projet et des besoins qui changent constamment. Mais ce graphique vous donne une très bonne idée de la répartition des fonds que vous consacrez à un projet.
 


1. Coûts opérationnels dans le pays d'accueil : 66%
Logement, repas, transferts, transport vers les projets (si applicable), support local, frais de personnel, formation, orientation, matériel pédagogique pour certains projets...

2. Coûts opérationnels dans le pays d'envoi : 21%
Promotion, recrutement, sélection, préparation, frais de personnel et de bureau, suivi, permanence d'urgence...

3. Donation aux projets locaux : 7%
Ces donations peuvent prendre des formes diverses : versement de dons à des associations locales, construction d'infrastructures au profit de la communauté locale...

4. Taxes diverses : 6%
Celles-ci concernent aussi bien le pays d'envoi que le pays d'accueil.

Protection du milieu marin

Retrouvez ci-dessous les questions fréquentes sur ce type de séjour

Dans des projets de protection des animaux, vous serez entre 5 et 20, le nombre varie selon les projets. 

Dans les projets, vous êtes encadré par nos partenaires locaux. Vous aurez forcément un référent sur place, mais vous ne serez pas encadré en permanence.

Non, nous ne vous demandons pas d'être étudiant vétérinaire ni soigneur animalier, simplement d'avoir un niveau intermédiaire en anglais.

Oui, les hébergements sont sûrs. Cependant nous vous conseillons de ne pas laisser d'objets de valeur : téléphone, appareil photo, passeport, cartes bancaires, etc sans surveillance

Les délais d'inscription de chaque programme sont indiqués dans la rubrique "Conditions de participation". Pour un programme de protection des animaux on demandera en général au jeune d'avoir son dossier complet au moins 1,2 ou 3 mois avant le départ. Attention certains programmes sont complets très longtemps à l'avance (Zambie et Australie par exemple.) Plus vous vous inscrirez tôt, plus vous augmentez vos chances de sécuriser votre place. N.B. : si vous souhaitez partir pendant l'été, il est prudent de s'y prendre beaucoup plus tôt car en haute saison, les places sont très demandées. De plus, il sera plus facile de trouver un vol à un tarif avantageux. Et vous aurez également plus de temps pour préparer votre départ, effectuer vos paiements, faire vos vaccins (si nécéssaire), etc...

Pour chaque projet, le niveau demandé est précisé  dans les conditions de participation. Si le niveau est trop faible, nous ne pourrons pas vous accepter dans le projet, ou nous vous demanderons de commencer votre programme par des cours de langue.

Pour chaque destination, des recommandations différentes. Vous devez aller consulter un médecin avant le départ qui pourra vous conseiller sur les vaccins obligatoires ou non. En attendant, pour vous donner une idée sur votre destination vous pouvez consulter les recommandations par pays de l'institut Pasteur !


Projets sociaux

Retrouvez ci-dessous les questions fréquentes sur ce type de séjour

Au début des programmes, les semaines d'orientation ou de culture sont destinées à vous familiariser avec le pays, la culture locale, les us et coutumes, mais aussi à rencontrer les autres volontaires ! Cela permet en général de mieux comprendre le projet auquel vous allez participer et vous permet d'apprendre quelques mots de vocabulaire local !

Tout dépendra du programme demandé et du contenu de la convention de stage. Nous ne pourrons pas vous garantir la nature des tâches dans le cadre d'un volontariat (sauf volontariat social ou médical si vous êtes étudiant dans ce domaine) ou que vous puissiez être suivi par un maître de stage prêt à rédiger un rapport concernant votre implication.

Le but d'un projet de volontariat n'est pas de progresser en langue. Bien sûr, vous communiquerez en anglais ou espagnol, ce qui vous permettra de développer votre compréhension, vos capacités à communiquer à l'oral, mais il n'y aura personne pour corriger vos erreurs ! Vous acquerrez plus d'aisance orale, mais cela n'améliorera pas votre  écrit.

Il n'y a pas de couvre-feu à proprement parler. Cependant, selon le pays, il pourra y avoir des règles de sécurité à respecter, comme ne pas sortir seul(e), tard le soir ou la nuit... Pour les autres, le bon sens gouverne ! Ne vous couchez pas tard si vous êtes attendu à 7h dans votre projet le lendemain... Respectez les autres volontaires qui souhaiteraient se reposer... 

Si vous prévoyez d'arriver en dehors des jours prévus, pensez à bien nous en faire la demande à l'avance afin que nous puissions voir avec notre partenaire les solutions à vous proposer. Il en va de même pour un transfert tardif. Habituellement (sauf specificité du programme) nous pouvons organiser des transferts entre 8h et 22h.

Vous avez le droit aux allocations chômage lorsque vous êtes en France en recherche active d'emploi. À partir du moment où vous quittez le pays pour aller travailler à l'étranger, faire un stage, prendre des cours de langue ou faire un volontariat vous ne serez plus considéré comme demandeur d'emploi et n'aurez plus droit aux allocations. Il en va de même pour la Sécurité Sociale, cette dernière ne peut vous couvrir qu'en France et en Europe pour un court séjour, pas dans le reste du monde ! Si vous êtes rattaché à plusieurs organismes, nous vous conseillons de bien faire le point sur votre situation avant de partir.

Nous vous conseillons d'adapter vos vêtements à votre destination et au climat. Pensez aussi que dans de de nombreux pays d'Asie ou d'Afrique, vous devrez porter un pantalon ou une jupe descendant au-dessous des genoux, et plutôt un T-shirt, voire un T-shirt à manches longues plutôt qu'un débardeur.

Les moyens de communication sont maintenant développés partout. Pas forcément sur le site du projet, mais dans les villes et villages alentours, vous trouverez souvent des cyber cafés ! 

Tout dépend du pays ! Il est fortement conseillé de vous renseigner sur les températures et les précipitations ! Une saison des pluies en Asie n'est pas forcément rédhibitoire mais il faudra prévoir les vêtements adaptés ! De la même façon, il suffira de bien vous couvrir si vous partez en hiver en Argentine ou dans un pays en altitude comme la Bolivie ou le Népal.

Non, les chambres ne sont pas mixtes. Si elles devaient l'être sur un projet, ce serait indiqué dans le descriptif du logement comme par exemple en volontariat social en Inde dans la région de Kerala.

Le plus pratique est souvent de fonctionner avec une carte de retrait internationale type Visa ou Mastercard, tout en ayant changé un peu d'argent en France afin d'avoir des espèces à l'arrivée. Partout dans le monde, vous aurez accès dans les "grandes villes" à des distributeurs de billets.

Sur la plupart des destinations, les transferts sont inclus à l'arrivée mais pas au retour. Pensez bien à vérifier ce qui est prévu dans la rubrique inclus/non inclus de votre programme. Si le transfert aller est inclus, il y aura quelqu'un  à l'aéroport d'arrivée pour vous conduire jusqu'à votre hébergement. Si le transfert n'est pas inclus au retour, ce qui est souvent le cas, vous devrez retourner à l'aéroport par vos propres moyens. Mais, pas de panique, notre partenaire local pourra vous aiguiller et il y aura probablement d'autres volontaires qui effectueront le même trajet que vous!

Oui, il y a des jours de repos dans chaque projet de volontariat (1 ou 2 en fonction du projet). Pendant votre temps libre, il n'y a pas d'activité organisée, mais vous pouvez en prévoir avec les autres volontaires et même demander conseil à notre partenaire sur place !

Chaque projet comporte des tâches différentes qui seront réparties chaque jour en fonction des besoins sur place, et des envies et compétences de chacun. Dans les projets d'animation avec enfants, les bonnes idées, les suggestions créatives, l'imagination des volontaires eux-mêmes sont les bienvenues ! N'attendez pas toujours que l'on vous donne quelque chose à faire pour vous occuper, prenez des initiatives !

Cette question est souvent posée par les personnes qui souhaitent s’investir dans un projet de volontariat. Le fait de devoir payer pour apporter une aide à ceux qui en ont besoin peut paraître étrange. En voici la raison :

WEP propose des programmes d'initiation au volontariat ou des actions pour lesquelles aucune compétence particulière n'est requise (la motivation principale étant l’envie d’aider l’autre). Il ne faut pas comparer notre organisme avec de grandes ONG. Ces dernières disposent de structures importantes aux quatre coins du monde et ont besoin de professionnels hautement qualifiés sur le terrain afin d'intervenir dans des situations souvent très graves et dans des endroits sensibles. Ces organisations reçoivent des subsides et des dons. Ceux-ci permettent le financement des rémunérations ou des indemnisations de leurs équipes ainsi que leurs frais de fonctionnement.

WEP est totalement autonome et n'est financé par aucun don ni subside. Nous coopérons avec de petites associations locales qui ne bénéficient, elles non plus, d'aucun subside ou don. Ces associations ont besoin d'aide mais elles n'ont pas de moyens  financiers pour subvenir aux besoins de volontaires : logement, repas, transports, formalités administratives, couverture médicale ou tout autre frais de séjour. Alors oui, partir en volontariat avec WEP coûte de l'argent parce que le participant doit financer entièrement son projet. Il part pour aider, découvrir, apprendre et retirer énormément au niveau humain de son partage avec l’autre.

Cela dépend des projets. Sur certaines destinations, vous choisissez le projet qui vous intéresse le plus, à condition que vous ayez le niveau de langue pré-requis. Pour d'autres, vous sélectionnerez dans votre dossier les différents programmes susceptibles de vous intéresser et le placement sera fait en fonction de ces choix mais surtout en fonction des besoins et des disponibilités sur place. 

Dans les projets, vous êtes encadré par nos partenaires locaux. Vous aurez forcément un référent sur place, mais vous ne serez pas encadré en permanence.

Cela va dépendre des projets. Sur certaines destinations vous pourrez être le seul volontaire dans votre projet de l'association locale (par exemple Bénin, Sénégal...). En Asie vous serez en général au minimum 5 et jusqu'à 50 volontaires voire plus (en Thaïlande et Indonésie notamment). Tous les projets sont composés de volontaires internationaux en provenance des 4 coins du monde.

Il n’y a aucune qualification ou formation requise dans le cadre d’un volontariat social. Il s’agit de programmes d’initiation au volontariat. L’objectif est de permettre à des personnes motivées et ouvertes, mais peu familières avec les voyages, de découvrir le monde de l’humanitaire par des projets plus accessibles mais gardant tout leur sens. Les qualités les plus importantes sont pour nous : la motivation, la flexibilité, l’ouverture d’esprit et le désir réel d’aider les autres sans attendre quoique ce soit en retour.

Les vaccins et traitements préventifs varient en fonction de la destination. Il est très important de se renseigner auprès de votre médecin traitant ou de médecins spécialisés en médecine tropicale. Certains sites donnent aussi des renseignements précis à ce sujet (exemple : Institut Pasteur). N’oubliez pas de mettre à jour vos vaccins classiques (ROR, tétanos, hépatite, etc).

L’objectif de l’entretien est de :

  • déterminer les motivations du participant et évaluer sa capacité à s’adapter au projet sur place.
  • évaluer le niveau de langue du participant.
  • répondre aux questions du participant avant le départ.

 

Certains de nos volontaires souhaitent en savoir plus sur le financement des projets proposés. "Pourquoi dois-je payer pour être volontaire ?" est une question que nos participants nous posent régulièrement. Nous avons donc compilé les différentes données venant à la fois de nos bureaux d'envoi et de nos partenaires locaux dans les pays où nous proposons des projets solidaires. Il s'agit ici d'une moyenne. Il peut exister certains écarts  en fonction de la destination, du type de projet et des besoins qui changent constamment. Mais ce graphique vous donne une très bonne idée de la répartition des fonds que vous consacrez à un projet.
 


1. Coûts opérationnels dans le pays d'accueil : 66%
Logement, repas, transferts, transport vers les projets (si applicable), support local, frais de personnel, formation, orientation, matériel pédagogique pour certains projets...

2. Coûts opérationnels dans le pays d'envoi : 21%
Promotion, recrutement, sélection, préparation, frais de personnel et de bureau, suivi, permanence d'urgence...

3. Donation aux projets locaux : 7%
Ces donations peuvent prendre des formes diverses : versement de dons à des associations locales, construction d'infrastructures au profit de la communauté locale...

4. Taxes diverses : 6%
Celles-ci concernent aussi bien le pays d'envoi que le pays d'accueil.

Protection des animaux

Retrouvez ci-dessous les questions fréquentes sur ce type de séjour

La majorité du projet sera basé sur l'observation des animaux, sans contact direct. Vous aurez peut être l'occasion de les approcher et de les toucher mais ce n'est pas garanti.

Tout dépend de la destination, mais on pourrait vous demander de faire de l'observation, de la collecte de données, préparer la nourriture pour les animaux, nettoyer les cages/les enclos, aider à l'entretien des réserves. Mais aussi pour certains projets, faire des visites guidées pour les touristes de passage etc...

Pour choisir un programme de protection des animaux c'est assez simple, il suffit de déterminer les animaux que vous avez envie d'observer, d'aider à protéger. Par contre attention, si vous choisissez des lions pensez bien que si vous devez préprarer de la nourriture pour eux il faudra couper de grande quantités de viande! Ce qui sera peut être moins agréable que de préparer des bambous pour les pandas... Mais pour les pandas il faudra aussi nettoyer les cages et préparer la nourriture. Certaines tâches seront assez répétitives. A vous de voir, à chaque type d'animaux il y a des avantages et des inconvénients. Vous pouvez aussi consulter les conditions climatiques des pays à la période ou vous souhaitez partir avant de vous engager!

Dans des projets de protection des animaux, vous serez entre 5 et 20, le nombre varie selon les projets. 

Dans les projets, vous êtes encadré par nos partenaires locaux. Vous aurez forcément un référent sur place, mais vous ne serez pas encadré en permanence.

Non, nous ne vous demandons pas d'être étudiant vétérinaire ni soigneur animalier, simplement d'avoir un niveau intermédiaire en anglais.

Oui, les hébergements sont sûrs. Cependant nous vous conseillons de ne pas laisser d'objets de valeur : téléphone, appareil photo, passeport, cartes bancaires, etc sans surveillance

Les délais d'inscription de chaque programme sont indiqués dans la rubrique "Conditions de participation". Pour un programme de protection des animaux on demandera en général au jeune d'avoir son dossier complet au moins 1,2 ou 3 mois avant le départ. Attention certains programmes sont complets très longtemps à l'avance (Zambie et Australie par exemple.) Plus vous vous inscrirez tôt, plus vous augmentez vos chances de sécuriser votre place. N.B. : si vous souhaitez partir pendant l'été, il est prudent de s'y prendre beaucoup plus tôt car en haute saison, les places sont très demandées. De plus, il sera plus facile de trouver un vol à un tarif avantageux. Et vous aurez également plus de temps pour préparer votre départ, effectuer vos paiements, faire vos vaccins (si nécéssaire), etc...

Pour chaque projet, le niveau demandé est précisé  dans les conditions de participation. Si le niveau est trop faible, nous ne pourrons pas vous accepter dans le projet, ou nous vous demanderons de commencer votre programme par des cours de langue.

Pour chaque destination, des recommandations différentes. Vous devez aller consulter un médecin avant le départ qui pourra vous conseiller sur les vaccins obligatoires ou non. En attendant, pour vous donner une idée sur votre destination vous pouvez consulter les recommandations par pays de l'institut Pasteur !

Certains de nos volontaires souhaitent en savoir plus sur le financement des projets proposés. "Pourquoi dois-je payer pour être volontaire ?" est une question que nos participants nous posent régulièrement. Nous avons donc compilé les différentes données venant à la fois de nos bureaux d'envoi et de nos partenaires locaux dans les pays où nous proposons des projets solidaires. Il s'agit ici d'une moyenne. Il peut exister certains écarts  en fonction de la destination, du type de projet et des besoins qui changent constamment. Mais ce graphique vous donne une très bonne idée de la répartition des fonds que vous consacrez à un projet.
 


1. Coûts opérationnels dans le pays d'accueil : 66%
Logement, repas, transferts, transport vers les projets (si applicable), support local, frais de personnel, formation, orientation, matériel pédagogique pour certains projets...

2. Coûts opérationnels dans le pays d'envoi : 21%
Promotion, recrutement, sélection, préparation, frais de personnel et de bureau, suivi, permanence d'urgence...

3. Donation aux projets locaux : 7%
Ces donations peuvent prendre des formes diverses : versement de dons à des associations locales, construction d'infrastructures au profit de la communauté locale...

4. Taxes diverses : 6%
Celles-ci concernent aussi bien le pays d'envoi que le pays d'accueil.

Protection du milieu marin

Retrouvez ci-dessous les questions fréquentes sur ce type de séjour

Dans des projets de protection des animaux, vous serez entre 5 et 20, le nombre varie selon les projets. 

Dans les projets, vous êtes encadré par nos partenaires locaux. Vous aurez forcément un référent sur place, mais vous ne serez pas encadré en permanence.

Non, nous ne vous demandons pas d'être étudiant vétérinaire ni soigneur animalier, simplement d'avoir un niveau intermédiaire en anglais.

Oui, les hébergements sont sûrs. Cependant nous vous conseillons de ne pas laisser d'objets de valeur : téléphone, appareil photo, passeport, cartes bancaires, etc sans surveillance

Les délais d'inscription de chaque programme sont indiqués dans la rubrique "Conditions de participation". Pour un programme de protection des animaux on demandera en général au jeune d'avoir son dossier complet au moins 1,2 ou 3 mois avant le départ. Attention certains programmes sont complets très longtemps à l'avance (Zambie et Australie par exemple.) Plus vous vous inscrirez tôt, plus vous augmentez vos chances de sécuriser votre place. N.B. : si vous souhaitez partir pendant l'été, il est prudent de s'y prendre beaucoup plus tôt car en haute saison, les places sont très demandées. De plus, il sera plus facile de trouver un vol à un tarif avantageux. Et vous aurez également plus de temps pour préparer votre départ, effectuer vos paiements, faire vos vaccins (si nécéssaire), etc...

Pour chaque projet, le niveau demandé est précisé  dans les conditions de participation. Si le niveau est trop faible, nous ne pourrons pas vous accepter dans le projet, ou nous vous demanderons de commencer votre programme par des cours de langue.

Pour chaque destination, des recommandations différentes. Vous devez aller consulter un médecin avant le départ qui pourra vous conseiller sur les vaccins obligatoires ou non. En attendant, pour vous donner une idée sur votre destination vous pouvez consulter les recommandations par pays de l'institut Pasteur !

fr 0 4 wep.fr Ajoutez au moins un programme pour utiliser le comparateur ! Programme ajouté au comparateur Vous pouvez comparer 3 programmes au maximum. Supprimez un programme si vous souhaitez en ajouter un autre ! Vous avez déjà ajouté ce programme à votre comparateur Lire plus Lire moins